Le Coronavirus n’arrête pas les artistes

Isolés à cause du covid-19, les artistes d’Envoz’Art travaillent pour tromper l’ennui, passer le temps, remonter le moral des autres.

Cliquez sur une photo pour l’agrandir et lancez le diaporama avec le triangle en haut à droite de l’écran.

4 thoughts on “Le Coronavirus n’arrête pas les artistes

  1. Travailler non pas pour le temps, mais parce qu’enfin tant de temps est là… Bonheur de ce temps… Conscience aiguë du monde qui souffre, pas si facile de se mettre en état de création… Mais au fond, rien n’a changé, le monde souffre toujours, simplement aujourd’hui nous en avons une plus grande conscience… Intégrer cela à notre travail, avec panache ou discrétion, pudeur…. Chacun comme il peut, chacun comme il veut… Dire ce monde, ou en dire quelque chose…..

  2. Le confinement génère en moi un sentiment étrange : J’ai un pincement au cœur en pensant à ceux qui me sont chers et qui sont âgés ou affaiblis par des problèmes de santé et risquent leur vie à chaque rencontre.
    Je suis aussi très ému par la sollicitude de quelques personnes qui nous ont proposé de faire nos courses.
    Je pense à tous ceux dont l’activité a été brutalement arrêtée, les privant de ressources financières
    En même temps, je regarde, avec la froideur du scientifique, s’agiter les uns avec inconscience, égoïsme, cynisme ou brutalité : ceux qui ne se rendent pas compte de la gravité de la situation, ceux qui ne respectent aucune mesure de sécurité car eux ne risquent qu’une bonne grippe (“et les autre ? qu’ils crèvent!”) ; ceux qui font des provisions déraisonnables, allant même jusqu’à prendre dans les caddies des autres si le rayon est vide, les boursicoteurs qui font de bonnes affaires en bourse, nos excellences et nos capitaines d’industries qui, poussés par l’appât du gain immédiat ont pris des décisions insensées.
    Et, à côté de cela, il y a le monde hospitalier avec des médecins, des infirmi-ers-ères, des aides-soignant-e-s, des technicien-ne-s qui courent jour et nuit pour sauver une vie, risquant la leur à chaque instant.
    Ce ne sont pas des applaudissement nocturnes, qu’ils n’entendent d’ailleurs pas, qui vont les récompenser, c’est une revalorisation de leur salaire, une amélioration de leurs conditions de travail et de leurs moyens. Plutôt que dans des avions de chasse inutiles, des gares monuments pharaoniques, des structures politiques nous gratifiant d’innombrables ministres de la santé plus incompétents les uns que les autres et des salaires astronomiques à des top-managers inutiles, utilisons nos moyen financiers pour soutenir les services publics, les services au public comme la santé, l’enseignement, la culture. Souvenez-vous-en aux prochaines élections.

  3. Magnifique! je vois que nos artistes font de très belles choses en ces temps de confinement.
    Françoise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *